Tout le monde en parle

Investir dans la pierre pour défiscaliser est devenu le nouveau sujet de discussion en ville, c’est simple,  pas un cocktail ou un dîner sans qu’un invité lance un sujet sur la Loi Pinel. Il faut dire qu’avec l’augmentation phénoménale des impôts, depuis que François Hollande est président, les contribuables les plus aisés ont de quoi être inquiets pour leur argent.  L’augmentation est telle que même la classe moyenne a senti passer la douloureuse. Du coup, le mot défiscaliser est devenu familier à la machine à café.

Est ce intéressant ?

Pour les contribuables fortement fiscalisés et désireux de se constituer un patrimoine en vue de la retraite,  opter pour un dispositif d’investissement locatif permet de faire d’une pierre deux coups. En effet, l’économie d’impôt peut être intéressante pour peu que l’on veuille s’engager sur quelques années de location en contrepartie. Mais pour devenir propriétaire tout en faisant des économies d’impôts, on peut supporter quelques contraintes.

Un nouvel avantage fiscal avec le dispositif Pinel

Le plus connu des dispositif et surtout le plus plébiscité est le dispositif Pinel, grand remplaçant de la loi Duflot qui n’a pas fait long feu tant les avantages qu’elle proposait était faible par rapport aux obligations. Avec le Pinel, pas de soucis, le dispositif est souple et peut se réaliser sur 6, 9 ou 12 ans, le propriétaire investisseur peut également y loger sa famille pour peu qu’elle ne fasse pas partie de son foyer fiscal. Nous avons demandé au site Officiel sur la loi Pinel 2017 de nous lister les différents points sur lesquels un futur acquéreur doit se pencher pour éviter une mauvaise affaire. D’après loipinel-gouv.org,  la rentabilité est le premier critère à prendre en compte pour investir en loi Pinel et faire un bon investissement. Viennent ensuite : le critère de carence locative (n’oublions pas qu’il faut louer dans les 12 mois de l’achat), la vacance locative et l’emplacement. Il faut cibler en priorité les communes où il y a un réel besoin locatif et où les transports en commun sont accessibles facilement. Une bonne activité économique (ou universitaire) de la ville est également un plus.

Des villes comme Bordeaux, Toulouse, Lyon, Nantes, Montpellier et la région parisienne, sont idéales  grâce à leur attractivité et leur dynamisme économique.

Concernant le financement le site loipinel-gouv.org conseille un prêt sur une longue durée pour bénéficier à plein de la déduction des intérêts d’emprunt et si possible d’investir sans apport pour ne pas entamer la rentabilité de l’opération.

Est ce le moment ?

Se lancer ou pas, telle est la question et choisir le bon timing est important dans ce type d’opération, on l’a vu avec le dispositif Duflot qui était beaucoup trop contraignant et au final assez vite remplacé par le dispositif Pinel. Les taux d’intérêt sont bas depuis quelques mois, c’est donc le moment d’emprunter même si l’incertitude économique reste pesante. Autre point positif dans la balance, le marché de l’immobilier s’est stabilisé, il y a donc peu de chance qu’une grosse chute se produise dans les mois qui viennent. d’ailleurs les ventes d’immobilier neuf sont au beau fixe depuis un moment, à tel point que la demande commence à être supérieure à l’offre, les promoteurs n’ayant pas suffisamment anticipé la reprise du logement. Ce n’est, cependant, pas une raison pour surpayé le bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *